Séance 06 : Questions environnementales, âges et générations. Mardi 15 mars 17h (Campus Condorcet).

Séance préparée par Erwan Franchon et Elsa Régnier.

Dans cette séance, nous chercherons à penser les questions environnementales au prisme des concepts d’âge et de génération. Deux textes, plus un en option, sont proposés à la lecture.

Après une discussion sur ces textes ainsi qu’une mise au point statistique sur l’implication des différents groupes d’âge dans les mobilisations « pour le climat », nous discuterons des questions suivantes : 

  • L’âge est-elle une variable pertinente sur vos terrains ? Plus largement, les notions d’âge et de génération vous semblent-elles adaptées pour penser les questions environnementales ? 
  • Distinguez-vous des effets « d’âge », « de moment » ou de « génération » sur vos terrains ? 
  • Vos enquêté.e.s constituent-iels et mobilisent-iels des catégories d’âge : accusent-iels les jeunes ou au contraire, les personnes âgées ? S’en remettent-iels par exemple aux jeunes pour endiguer les dérèglements en cours ?
  • Observez-vous des différences de comportements ou de discours à l’égard d’un certain groupe d’âge lorsque d’autres caractéristiques sociales sont mobilisées (par exemple les femmes âgées/les jeunes racisés/les hommes de classes populaires, etc) ? 

Séance 05 : Théorie des pratiques et consommation durable. Mardi 8 février 17h-19h (Campus Condorcet).

Séance préparée par Hadrien Malier et Océane Sipan.

Cette séance porte sur la théorie des pratiques sociales et son application à la thématique de la consommation durable. Nous proposons deux textes à la lecture : 

  • SHOVE Elizabeth, 2014, « Putting practice into policy: reconfiguring questions of consumption and climate change », Contemporary Social Science, vol. 9, no 4, p. 415-429. https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1080/21582041.2012.692484
    Ce texte fournit une introduction pédagogique à la théorie des pratiques sociales et permet d’avoir un aperçu de la façon dont l’une de ses principales théoriciennes envisage sa mise en oeuvre pratique. À lire en premier à notre avis. 
  • PLESSZ Marie, DUBUISSON-QUELLIER Sophie, GOJARD Séverine et BARREY Sandrine, 2016, « How consumption prescriptions affect food practices: Assessing the roles of household resources and life-course events », Journal of Consumer Culture, vol. 16, no 1, p. 101-123. https://journals.sagepub.com/doi/10.1177/1469540514521077
    Ce texte fournit un exemple de mise en application empirique de la théorie des pratiques, à propos des pratiques d’achats alimentaires.

En plus de ces deux textes, nous vous proposons de réfléchir aux questions suivantes :
1)
Le prisme des pratiques sociales peut-il servir à décrire les situations dans lesquelles sont engagées les interlocuteurs et interlocutrices que vous rencontrez sur vos terrains ? Y a-t-il une pratique en particulier dont l’enquête révèle qu’elle est constituée par un ensemble d’éléments matériels, cognitifs et culturels ? 
2) Ce prisme permet-il de saisir des dimensions supplémentaires de la réalité que vous observez ? Voir ce que font vos interlocuteurs et interlocutrices comme une pratique permet-il de mieux comprendre ce qu’ils et elles font ? 
3) Comment mettre en oeuvre une ethnographie inscrite dans la théorie des pratiques ? Comment intégrer les questions qui lui sont propres au regard ethnographique et à la relation avec nos interlocuteurs et interlocutrices ? 

Séance 04 : Écoféminisme. Mardi 11 janvier 17h30-19h30 (Campus Condorcet).

Séance préparée par Fanny Hugues.

Pour cette séance, nous invitons les participant·es à lire deux articles, tous deux issus du numéro thématique “Pratiques écoféministes” de la revue Travail, genre et sociétés (2019):

– un article de Geneviève Pruvost (CNRS/EHESS), récemment à l’origine de ce terme en France, qui a néanmoins été construit par d’autres chercheuses. L’article retrace bien la socio-histoire de ce dernier et ses ancrages matériels. C’est aussi une bonne synthèse de son dernier livre Quotidien politique. (https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2019-2-page-29.htm)

– un article de Constance Rimlinger (jeune docteure en sociologie, EHESS), fondé sur l’enquête ethnographique de sa thèse auprès de communautés de femmes lesbiennes en France, en Nouvelle-Zélande et aux Etats-Unis : (https://www.cairn.info/revue-travail-genre-et-societes-2019-2-page-89.htm)

Nous proposons également de réfléchir à quelques questions :

1) Observez-vous ce que Pruvost nomme un “féminisme de la subsistance” sur vos terrains ? Est-il possible selon vous de l’observer sur des terrains urbains ?

2) Saisissez-vous un engagement particulier des femmes de vos terrains vis-à-vis des questions environnementales ? Et de certaines en particuliers (lesbiennes, classes populaires, racisées etc) ? Comment cet engagement se manifeste-t-il / est-il revendiqué ? Sur quel(s) ancrage(s) politique(s) repose-t-il (anticapitalisme, capitalisme vert, etc.) et comment ces derniers se manifestent-ils dans les quotidiens de ces personnes ?

3) Comment observer et rendre compte de cet engagement écologique, s’il n’est pas mis en mot par les interlocuteurices, sans appliquer trop rapidement sa propre grille de lecture? 

4) Observez-vous du travail de consommation / du travail domestique / du travail de subsistance ? La distinction de ces trois termes est-elle féconde sur vos terrains ?

5) Plus généralement l’expression “quotidien politique” vous parle-t-elle au regard de vos terrains et analyses ? 

Séance 03 : Arpentage : Jean-Baptiste Fressoz et Fabien Locher, Les révoltes du ciel. Lundi 06 décembre (Campus Condorcet)

Séance préparée par Hadrien Malier.

Nous renouvelons l’exercice de l’arpentage afin de lire collectivement un ouvrage qui fournira un point de départ à nos discussions à partir de nos terrains respectifs. Ce mois-ci, nous lirons un ouvrage d’histoire environnementale retraçant la profondeur historique des débats autour du changement climatique.

Comme pour les précédents arpentages, voici lien framapad sur lequel s’inscrire pour prendre en charge la présentation d’un passage de l’ouvrage (il est possible de s’inscrire sur un chapitre où une autre personne est déjà inscrite) : https://mensuel.framapad.org/p/esqe-arpentage-Locher-Fressoz-9qsa?lang=fr

Séance 02 : Santé environnementale et travail. Mardi 9 novembre 17h (Campus Condorcet, rdv dans le hall du bâtiment sud)

Séance préparée par Yohann Garcia et Maud Hetzel.

Deux textes sont proposés à la lecture :
– Jas, Nathalie (2010), Pesticides et santé des travailleurs agricoles en France. Questions anciennes, nouveaux enjeux, Courrier de l’environnement de l’INRA, n°59, p. 47-60 https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-01196933/file/C59Jas.pdf
– Jouzel, Jean-Noël & Prete, Giovanni (2021). Exploitants, salariés, riverains, même combat : La dénonciation des effets des pesticides sur la santé, entre coalition et division. Sociétés contemporaines, 121, 89-110. https://doi.org/10.3917/soco.121.0089

Afin d’engager la discussion, il est aussi proposé de réfléchir en amont aux questions suivantes :

1 – Dans vos terrains respectifs, avez-vous identifié des formes de savoirs structurants ? 
– Si oui, de quelle nature sont-ils (scientifiques, étatiques, économiques/industriels…) ? Quelle est leur évolution dans le temps ? 
– Si non, pour quelles raisons ? Y a-t-il des obstacles à la production ou à la stabilisation des savoirs ? (Influence économique, routines organisationnelles/logiques bureaucratiques, contexte sociopolitique…).


2 – Dans quelle mesure ces savoirs permettent-ils la mise en visibilité de votre objet de recherche ou au contraire favorisent son passage sous silence ? (Il peut aussi s’agir de certains aspects de l’objet passés sous silence et qui auraient pu être davantage visibles).


3 – Les conflits sur vos terrains donnent-ils lieu à une alliance entre des groupes sociaux aux caractéristiques et intérêts divergents ? Est-ce que ces alliances laissent de côté ou invisibilisent d’autres groupes sociaux ? 

Séance 8 : “Bon sens” et naturalisation de l’engagement écologique. Lundi 5 juillet 16h-18h (Campus Condorcet, Rdv dans le hall du bâtiment sud).

Séance préparée par Maud Hetzel et Fanny Hugues.

Pour appuyer nos réflexions et discussions, les textes proposés sont les suivants :


Chamboredon, J. C. (1985). La naturalisation de la campagne: une autre manière de cultiver les simples. Protection de la nature. Histoire et idéologie. De la nature à l’environnement, L’Harmattan, 138-151.

Lafaye, C., & Thévenot, L. (1993). Une justification écologique?: Conflits dans l’aménagement de la nature. Revue française de sociologie, 495-524.

Et voici quelques questions auxquelles réfléchir :

1) Le terme de « bon sens » est-il utilisé par les personnes sur vos terrains ? Si oui, dans quel(s) sens ? Si non, est-ce que d’autres termes peuvent s’y référer (“pragmatisme”, “naturel”, “logique”, etc) ? 

2) S’il est question de “bon sens” dans vos terrains pour qualifier ses pratiques, quelles justifications y sont accolées (scientifique, esthétique, économique) ?

3) Rapport entre « bon sens » et écologie : pour vos interlocuteurices, évoquer le “bon sens” et la naturalisation de l’engagement écologique permet-il de soutenir des discours écologiques ou au contraire de s’en éloigner (exemple : “je ne suis pas écolo parce ce que je ne fais que des choses de bon sens” ou au contraireune forme de distinction écologique en parlant de “bon sens) ? Quelle est la définition de l’écologie qui est sous-jacente à ces discours pour chacun.e ? > On pourra ici évoquer les rapports de classes qui se jouent certainement dans ces discours.

4) A quoi et à qui s’oppose le « bon sens » pour vos interlocuteurices ? L’opposé du « bon sens » c’est l’absurde : qui est de “l’autre côté” ?

Séance 07 : Ethnographies plus-qu’humaines : possibilités et limites d’une expérience humaine du non-humain. Vendredi 16 avril (14h, zoom)

Séance préparée par Romane Joly et Hugo Rochard.

Pour cette séance, nous proposons deux textes principaux et suggérons deux textes complémentaires.

Textes principaux :

Textes complémentaires :

  • Pour une revue de la littérature sur l’ethnographie multi-spécifique : Ogden, Laura A., Hall, Billy, Tanita, Kimiko, (2013) Animals, Plants, People, and Things A Review of Multispecies Ethnography, Environment and Society, 4(1), 5-24.  
  • Pour ceux.celles qui auraient moins de facilité à lire en Anglais, un article en Français de M. Ernwein : Ernwein, Marion, et Claire Tollis. « Produire la ville vivante : le travail des citadins et des non-humains », L’Information géographique, vol. vol. 81, no. 3, 2017, pp. 13-31.

Enfin, quelques questions de réflexion pour préparer la discussion :

– A votre avis, comment les non-humains (végétaux, animaux, matières…) peuvent affecter les comportements humains et vice-versa ? Quelles sont les perspectives de l’ethnographie multi-spécifique pour appréhender ces relations socio-politiques ?
– Quels seraient les outils/méthodes pour saisir/appréhender le rôle des non-humains en SHS ?
– Quelles sont les limites ou écueils méthodologiques et épistémologiques que vous identifiez pour une ethnographie des non-humains ?
– Est-ce que l’appréhension des non-humains traverse vos travaux de recherche ? Comment vous en saisissez-vous empiriquement (par quelle(s) méthode(s)) ? L’idée d’”alliance” ou de “résistance inter-spécifique” défendu par Beilin et Suryanarayanan vous semble-t-elle opérante sur certaines de vos situations de terrain ?

Pour participer à la séance, merci d’écrire à hadrien.malier@gmail.com

Séance 06 : (Dé)politisation des pratiques et questions environnementales. Vendredi 12 mars (10h30)

Séance préparée par Elsa Régnier et Hadrien Malier.

Pour cette séance, nous proposons de lire les deux textes suivants :

En outre, nous vous suggérons quelques questions de réflexion pour préparer la discussion :

  1. Dans quelle mesure vos interlocuteurs/trices se posent-ielles la question du caractère politique/apolitique de leurs actions ? Adoptent-ils/elles tou.te.s la même définition du terme “politique” ? Si des variations existent, à quoi pouvez-vous les relier ?
  2. Qu’est-ce qui, selon vous, détermine le caractère politique/apolitique ou politisant/dépolitisant de leurs actions ? Est-ce que leurs discours et leurs motivations suffisent ? Ou ce caractère doit-il être reconstitué par l’ethnographe à partir d’autres données ? Dans ce cas-là, lesquelles ?
  3. Quel rôle jouent les expériences politiques antérieures de vos interlocuteurs/trices ? Le concept de carrière militante est-il utile pour faire sens de leurs positionnements politiques actuels ? Peut-on observer des passages depuis des engagements dépolitisés vers des engagements plus politiques (ou l’inverse) ?
  4. Utilisez-vous les concepts de politisation et de dépolitisation dans vos recherches ? Si oui, comment ? Si non, pourquoi ? 

Merci d’écrire à hadrien.malier@gmail.com si vous souhaitez participer à la séance.

Séance 05 : séance d’apentage : Murray Bookchin, Pouvoir de détruire, pouvoir de créer : vers une écologie sociale et libertaire. Lundi 15 février. (modalités à préciser).

Séance préparée par Fanny Hugues et Océane Sipan.

Comme pour les précédents arpentages, voici lien framapad sur lequel s’inscrire pour prendre en charge la présentation d’un passage de l’ouvrage (il est possible de s’inscrire sur un chapitre où une autre personne est déjà inscrite) : https://bimestriel.framapad.org/p/esqe-bookchin-9l7k?lang=fr

L’heure et le mode de rencontre seront précisés dès que possible, en fonction de l’évolution des restrictions sanitaires.

Séance 04 : Ecologie rurale. Lundi 11 janvier, 16h00.

Séance préparée par Fanny Hugues.

Pour cette première séance de l’année civile, nous proposons de lire trois courts textes :

Voici quelques questions / idées auxquelles nous proposons de réfléchir avant la séance :

1) Quel rapport à l’environnement naturel de proximité (s’il y en a un, que ce soit un potager, un parc, la “campagne” etc) vos interlocuteurises entretiennent-ils/elles dans leur quotidien (productif, esthétique, « réalisation de soi », passe-temps, loisir/plaisir, repos, etc) ? Observez vous des distinctions genrées ? (cf texte S. Gojard et F. Weber) 

2) Avez-vous remarqué une socialisation au « bien manger » (par le potager familial, la construction sociale du « goût »)  dans les récits de vie de vos interlocuteurices qui expliquerait en partie leurs pratiques alimentaires actuelles (biologique, auto-consommation, AMAP, trocs de légumes etc) ? (cf texte S. Gojard et F. Weber)

3) « Faire » (activité non-marchande) ou « faire faire » (déléguer à quelqu’un-e que l’on paye ou non), « acheter » (activité marchande) : avez-vous rencontré ce type de choix sur votre terrain ? Qu’est-ce qui le motive (temps disponible, savoirs-faire, économie financière, raison écologique, etc) ? (cf texte G. Grimler et C. Roy) 

4) En lien avec la question précédente : est-ce que vos interlocuteurices évoquent / font preuve de savoirs-faire qu’ils auraient acquis dans l’enfance / adolescence / âge adulte qui leur servent au quotidien / souvent, ou au contraire qui leur manquent (cuisiner, réparer, construire, transformer des objets, cultiver, semer, etc) ? Observez-vous ici aussi des distinctions genrées ? (cf texte M. Mialocq).

Séance 03 : séance d’arpentage : Ivan Illich, La convivialité. Lundi 7 décembre, 17h00, zoom.

Séance préparée par Hadrien Malier.

Pour cette nouvelle séance à distance, nous renouvelons l’exercice de l’arpentage pour lire un autre auteur classique de la pensée écologiste : Ivan Illich. Voici un lien pour s’inscrire pour prendre en charge la lecture d’une partie de son ouvrage La Convivialité : https://pads.tedomum.net/p/esqe-illich

Il est possible de s’inscrire sur un passage où d’autres lecteurs/lectrices sont déjà inscrit.e.s, la discussion n’en sera que plus intéressante.

Voici le lien vers la salle de réunion en ligne zoom :  https://zoom.univ-paris1.fr/j/94884164433?pwd=ZUduU1FDOXo3dnVvYXVydE41Y2lUUT09

Séance 02 : Séance d’arpentage : André Gorz, Ecologie et Politique. Lundi 02 novembre, 17h00, visio

Séance coordonnée par Léa Billen.

Nous essayons un nouveau format de séance, fondé sur le principe de l’arpentage : Chacun-e lit une partie de l’ouvrage choisi et prépare un résumé synthétique et clair de sa lecture de 3 à 5 min. Cette phase de résumé et questions de compréhension durera environ 45 min, ce qui nous laissera 1h15 pour discuter de l’ensemble de l’ouvrage et de ce qu’il nous inspire pour nourrir nos analyses. 

Voici un framapad pour s’inscrire sur les chapitres qui vous intéressent. Si tous les chapitres sont pris quand vous vous inscrivez, vous pouvez vous inscrire en binômes, ce n’est pas gênant, au contraire cela fera 2 points de vue différents sur un même chapitre. 

Nous n’avons malheureusement pas trouvé de version numérique du livre, qui est cependant disponible dans la plupart des bibliothèques universitaires.

Voici le lien vers la salle de réunion en ligne : meet.google.com/bcw-ucrc-zwi

2020-2021 : Séance 01 : Ethnographier les questions environnementales en ligne. Lundi 05 octobre, 17h00 (Campus Condorcet)

Séance préparée par Océane Sipan et Hugo Rochard.

Pour la rentrée de l’atelier, nous nous interrogerons sur les enjeux liés à l’ethnographie en ligne des questions environnementales. Nous nous retrouverons de 17h à 19h au Centre des colloques, dans la salle 3.10.

Les deux lectures recommandées sont les suivantes :

Pour préparer cette séance voici quelques questions :

1) Pratiquez-vous l’enquête sur les réseaux sociaux en ligne ? Quelle place accordez-vous au numérique dans vos enquêtes ?

2) Avez-vous rencontré des situations d’enquête ethnographique sur les réseaux sociaux en ligne qui vous ont amené.e à réinterroger vos pratiques d’enquête hors ligne, en ethnographie classique ? Si vous ne pratiquez pas l’enquête en ligne, pensez-vous à des situations d’enquête en ligne qui pourraient questionner les pratiques d’enquête hors ligne (que ce soit en terme de recueil d’information, d’éthique de la recherche, etc.) ?

3) Que faire des matériaux recueillis en ligne ?      
Comment les articuler avec des matériaux recueillis par des méthodes plus classiques (hors ligne, entretiens, observation ethnographique physique, etc.) ?
  Comment traiter ces matériaux (recueillis en ligne) ? Ont-il un statut de trace ou d’archive ou bien d’observation au même titre que des notes de terrain ethnographiques hors ligne ?

4) L’ethnographie en ligne permet des situations où l’enquêteur.trice peut “voir sans être vu.e” dans la mesure où il est possible d’observer les échanges en ligne sans y prendre activement part. Avez-vous vécu des situations similaires lors d’enquête hors ligne ? Peut-on parler d’ethnographie quand il n’y a pas coprésence de l’enquêteur.trice et des “enquêté.es” ?

L’atelier est ouvert à toute personne souhaitant y participer, dans la limite des places disponibles dans la salle. La lecture des textes est très fortement recommandée.

Séance 05 : Inégalités et injustices environnementales. Mardi 7 juillet, 14h00 (Zoom)

Séance préparée par Léa Billen.

Pour obtenir le lien vers la salle de réunion, il est possible d’écrire à lea.billen@parisnanterre.fr

Pour cette nouvelle séance, les lectures conseillées sont :

Les questions de réflexion pour préparer la séance en amont sont les suivantes :

1)      Avez-vous observé des situations d’inégalités environnementales sur vos terrains ? Comment se manifestent-elles ? Sur quels types de données vous appuyez-vous pour l’affirmer ? Quelles questions méthodologiques l’analyse en termes d’inégalités environnementales pose-t-elle ?  

2)      Comment ces inégalités environnementales s’articulent-elles avec des inégalités sociales, économiques, des discriminations de genre ou de race sur vos terrains ? 

3)      Ce cadre d’analyse est-il utilisé par vos enquêté-es ? Quels sont les parcours de ces enquêté-es et que désignent-ils-elles par ce terme ?  Avez-vous repéré d’autres cadres d’analyse mobilisés par vos enquêté-es pour décrire le même type de situations ? 

4)      Ces situations d’inégalités environnementales sont-elles à l’origine d’un sentiment d’injustice ? Observez-vous des formes de mobilisations collectives ou des stratégies individuelles pour faire face à ces injustices ?  

5)      Quels répertoires éthiques sont mobilisés par vos enquêté-es pour décrire et agir face à ces inégalités ? Vous-mêmes formalisez-vous un jugement éthique pour analyser ces inégalités ?