Séance 4 : Reportée jusqu’au retrait de la réforme des retraites et du projet de LPPR

Cette séance portera sur la question du militantisme de la recherche en sciences sociales sur les questions environnementales. Faut-il nécessairement être un.e écologiste pour travailler sur ces sujets, comment l’engagement des chercheurs/chercheuses est-il généralement explicité, qu’implique-t-il dans le processus d’enquête, etc.

Les participant.e.s au séminaire ont collectivement décidé de reporter la séance sine die tant que le mouvement social est en cours, afin de permettre à chacun.e de se mobiliser.

Séance 3 : 02 décembre 2019 : Questions environnementales et spiritualités

Pour préparer les échanges nous proposons la lecture de ces deux textes : 

Nastassja Martin (2016) « Vivre plus loin »,Terrain, 66, 142-155.
https://journals.openedition.org/terrain/16008

Baugh, Amanda (2015) «’Green Is Where It’s At’: Cultivating Environmental Concern at an African American Church», Journal for the Study of Religion, Nature & Culture, 9(3), 335-363.
(communicable par mail sur demande)

Et quelques questions : 

> Quelles sont les formes de spiritualité que vous avez pu observer sur votre terrain (religions, philosophies, rituels, méditation, rêves, etc.) ?

> Dans quelle mesure la perception des questions environnementales par vos interlocuteurs et interlocutrices est-elle influencée par une forme de spiritualité ? 

> Leur engagement dans ces questions s’accompagne-t-il de réflexions métaphysiques  ? 

> Dans quelle mesure cette spiritualité prend-t-elle la forme de croyances dans des phénomènes supernaturels ? 

> Est-elle associée à des rites, des règles, des normes ?  

> Comment l’avez-vous observée (récits, entretiens, pratiques observées, …) ?

> Décrivez en quelques lignes une situation dans laquelle vous avez pu constater cette présence de la spiritualité sur votre terrain. 

La séance se tiendra dans le bâtiment Recherche Sud sur le Campus Condorcet (5 Cour des Humanités, à Aubervilliers, à proximité du métro Front Populaire) de 17h30 à 19h30. Nous retrouverons les participant.e.s dans le hall pour leur permettre d’accéder aux étages.

Après la séance nous pourrons aller boire un verre pour poursuivre les échanges.

Séance 2 : 04 novembre 2019 : Modes de vie écologiques et “sobriété”

Pour cette séance nous proposons aux participant.e.s de lire les deux textes suivants :
– Ariès Paul, Les modes de vie populaires au secours de la planète : https://www.cairn.info/revue-savoir-agir-2015-3-page-13.htm
– Pruvost Geneviève, L’alternative écologique. Vivre et travailler autrement : https://journals.openedition.org/terrain/15068

Afin de cadrer et d’enrichir la discussion, nous les invitons à réfléchir aux questions suivantes :
– Comment définiriez-vous la “sobriété” (matérielle, énergétique) à partir d’éléments de votre/vos terrain(s) ? Comment se manifeste-elle sur vos terrains ? Autrement dit, qu’est-ce qui pourrait relever de modes de vie écologiques sur vos terrains ? 
– Dans les discours de vos enquêté-e-s, ces modes de vie sont-ils associés à un référentiel écologiste ? 
– Sur vos terrains, quelles sont les raisons qui ont amené vos enquêté-e-s à adopter un mode de vie sobre ? Quels sont les éléments qui vous l’indiquent ? Avez-vous en tête des exemples permettant de parler d’un continuum plus que d’une opposition entre ce que l’on pourrait nommer “sobriété volontaire” et “précarité subie” ? Que pensez-vous des termes de “sobriété choisie/volontaire”, “pauvreté volontaire”, “pauvreté subie” utilisés pour qualifier les modes de vie sobres des différentes classes sociales ?
– De quelle manière votre appartenance de classe influence-t-elle votre regard sur les mode de vie de vos enquêté-e-s ? 

La séance se tiendra au 54 Bd Raspail à Paris dans la salle AS1_24 et commencera à 17h30.

Programme des séances 2019-2020

Le programme des séances que nous avons défini collectivement lors de la première séance de l’année est le suivant :

  • Lundi 04 novembre : séance sur le thème de la sobriété
  • Lundi 02 décembre : séance sur les dimensions spirituelle et religieuse des questions environnementales
  • Lundi 06 janvier : séance sur la question du militantisme de la recherche sur les enjeux environnementaux
  • Lundi 03 février : séance sur la question de la quantification et les usages sociaux des chiffres dans les enjeux environnementaux
  • Lundi 02 mars : séance sur les inégalités et la justice environnementales
  • Lundi 06 avril : séance sur les éco-villages, alternatives et modes de vie collective
  • Lundi 04 mai : séance sur le thème Vivre dans un monde en ruine
  • Lundi 08 Juin : Bilan

Les séances auront généralement lieu à 17h30 dans une salle du bâtiment de l’EHESS situé au 54 Boulevard Raspail, à Paris, qui sera communiquée quelques jours à l’avance.

Séminaire ESQE

Ce carnet accompagne le séminaire “Ethnographies sociales des questions environnementales” qui se réunit mensuellement depuis le printemps 2019 à l’EHESS.
Informel, ce séminaire permet à des doctorant.e.s et jeunes chercheur.se.s de différentes institutions de poursuivre les échanges qui sont nés de l’atelier éponyme qui s’est tenu lors des Biennales d’Ethnographie de l’EHESS en 2018. Les participant.e.s se retrouvent dans un même projet de réfléchir collectivement aux défis et richesses d’une ethnographie des questions environnementales qui ne néglige ni la complexité du monde social, de ses stratifications et des rapports de pouvoir qui l’animent, ni la spécificité de la mise en jeu de la nature, du milieu et d’acteurs non-humains. Qu’est-ce qui est spécifique à l’étude des enjeux environnementaux par rapport à d’autres formes d’enjeux (sanitaires, sécuritaires, scolaires, etc.) et comment les étudier à partir d’une démarche ethnographique attentive à l’épaisseur du social ?
Le carnet permet de rendre compte de l’avancement des discussions qui se tiennent dans le séminaire (compte-rendus, commentaires, partage de références et de textes) et d’inviter des participant.e.s extérieur.e.s à y contribuer.